délicatesse

délicatesse [ delikatɛs ] n. f.
• 1539; de délicat, p.-ê. d'apr. it. delicatezza
1Littér. Qualité de ce qui est délicat (1o). agrément, douceur, finesse, recherche. La délicatesse d'un coloris. Délicatesse des traits d'un visage. joliesse.
2Finesse et soin dans l'exécution. 2. adresse, élégance, habileté, raffinement. Travail exécuté avec délicatesse.
Légèreté et précision dans la prise, le toucher. Saisir un objet fragile avec délicatesse. délicatement. « Philippe la prit dans ses bras avec cette délicatesse qui révèle la force » (France).
3Caractère de ce qui est fin, ténu, fragile. finesse, ténuité. La délicatesse et la blancheur de sa peau.
4Fragilité d'une personne délicate.
5Vieilli Caractère de ce qui est délicat (5o), difficile. complexité, difficulté, finesse, subtilité. « Des personnes qui soient capables de sentir les délicatesses d'un art » (Molière). Cette affaire est d'une délicatesse qui commande la plus grande prudence. Loc. Être en délicatesse avec qqn : avoir à se plaindre de lui; être dans une situation délicate avec lui.
6Aptitude à sentir, à juger finement. sensibilité. Délicatesse de goût, de jugement.
Qualité de ce qui est senti, pensé, fait ou exprimé d'une manière délicate. élégance, finesse. Délicatesse du langage, du style.
7Rare Caractère d'une personne difficile à contenter.
8Sensibilité morale dans les relations avec autrui, juste appréciation de ce qui peut choquer, peiner. discrétion, tact; scrupule. Se taire par délicatesse. Manque de délicatesse. Par ext. Qualité d'une action, d'une pensée qui en témoigne. La délicatesse de ses manières, de ses procédés.
Une, des délicatesses : attentions délicates. ⇒ amabilité, gentillesse, prévenance. Avoir des délicatesses envers qqn. « Elle avait des attentions, des petits soins, des délicatesses pour moi » (Maupassant).
⊗ CONTR. Grossièreté, laideur. Lourdeur, maladresse. Robustesse; brutalité. Facilité, simplicité. Vulgarité. Brutalité, indélicatesse.

délicatesse nom féminin (de délicat, avec l'influence de l'italien delicatezza) Qualité de quelqu'un ou de quelque chose de délicat : La délicatesse d'un coloris. Parler avec délicatesse. Littéraire. Attention délicate envers quelqu'un (au pluriel). ● délicatesse (citations) nom féminin (de délicat, avec l'influence de l'italien delicatezza) Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Vos scrupules font voir trop de délicatesse. Fables, les Animaux malades de la peste François Mauriac Bordeaux 1885-Paris 1970 Académie française, 1933 Comme il existe une fausse délicatesse, il existe une fausse vulgarité. Journal Grassetdélicatesse (expressions) nom féminin (de délicat, avec l'influence de l'italien delicatezza) Être en délicatesse avec quelqu'un, être en mauvais termes avec lui. ● délicatesse (synonymes) nom féminin (de délicat, avec l'influence de l'italien delicatezza) Qualité de quelqu'un ou de quelque chose de délicat
Synonymes :
- discrétion
- élégance
- suavité
- subtilité
Contraires :
- banalité
- dureté
- vulgarité
Littéraire. Attention délicate envers quelqu'un (au pluriel).
Synonymes :
- prévenance
Contraires :
- brutalité

délicatesse
n. f. Qualité de ce qui est délicat.
d1./d Finesse, subtilité. La délicatesse d'une teinte.
d2./d Précision, adresse dans un travail, dans un geste. La délicatesse d'un coup de pinceau. Prendre qqch avec délicatesse, doucement, avec précaution.
d3./d Qualité de ce qui est délicat, fragile. La délicatesse d'un tissu.
d4./d Qualité de ce qui doit être abordé, traité avec circonspection, prudence. étant donné la délicatesse de cette affaire...
d5./d Disposition à sentir, penser, juger avec subtilité. Délicatesse des sentiments.
d6./d Probité, rigueur morale. Un procédé qui manque de délicatesse.
|| Tact, finesse. Il a montré beaucoup de délicatesse à son égard.

⇒DÉLICATESSE, subst. fém.
I.— [Le subst. exprime une qualité entièrement positive]
A.— [Suivi d'un compl. éventuel désignant un inanimé concr.]
1. [P. réf. à sa nature ou à la consistance de celui-ci, à sa valeur intrinsèque]
a) [Le compl. désigne un objet naturel] Qualité de ce qui se distingue par sa finesse et sa légèreté, par son aspect gracieux. La large mer (...) rayonnante et paisible, et sa couleur lustrée a la délicatesse d'une pervenche épanouie (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 158). Holbein est peut-être le seul artiste où la barbe et la moustache aient toujours la délicatesse d'une fourrure (DU BOS, Journal, 1924, p. 216) :
1. Un plafond très bas [de la grotte de Las Maravillas], suspendu au-dessus d'une eau limpide, porte une floraison de mica, de quartz diamantifère, un épanouissement de givre nacré, avec des délicatesses de chrysanthèmes ou de coraux polynésiens.
T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1933, p. 166.
[En parlant de phénomènes naturels] La délicatesse de ce printemps frais (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 448).
b) [Le compl. désigne un obj. fabriqué] Qualité de ce qui se distingue par sa finesse d'exécution et sa légèreté, son aspect élégant et recherché. Délicatesse des chapiteaux chargés de petites figures joyeuses de ménétriers, etc. (MICHELET, Journal, 1838, p. 271). Un encrier, acier et ébène, d'un fini et d'une délicatesse de bijou (ZOLA, Curée, 1872, p. 523).
P. ext. [Le compl. désigne l'instrument qui exécute] Toutes vos qualités sont là : couleur, lumière, délicatesse et fermeté du burin (HUGO, Corresp., 1860, p. 339).
2. [P. réf. aux sens d'une pers.] Qualité de ce qui se distingue par une finesse, une légèreté propres à flatter l'un ou l'autre sens. Délicatesse des nuances. L'extraordinaire délicatesse des gradations instrumentales (DU BOS, Journal, 1924, p. 222).
P. ext. [Le compl. désigne un aliment] Qualité de ce qui est particulièrement fin, de ce qui a une saveur propre à flatter un palais, un odorat affiné. Faire vivement donner un bouillon pour que l'écrevisse puisse développer toute la délicatesse de son arôme (Gdes heures cuis. fr. A. Escoffier, 1935, p. 193) :
2. Jamais Pons ni Schmucke n'avaient connu pareille chère. Il y eut des plats à ravir la pensée!... des nouilles d'une délicatesse inédite, des éperlans d'une friture incomparable, un ferra de Genève à la vraie sauce genevoise, et une crème pour plumpudding à étonner le fameux docteur qui l'a, dit-on, inventée à Londres.
BALZAC, Le Cousin Pons, 1847, p. 76.
En partic., au plur. Mets, en général sucrés, particulièrement fins et délectables. Toutes les surprises du luxe, les miracles du petit four, les délicatesses les plus friandes, les friandises les plus séductrices (BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 63). Plateau chargé de délicatesses et de fruits (GIDE, Journal, 1930, p. 964).
B.— [Suivi éventuellement d'un compl. déterminatif prép. de désignant une pers.]
1. [À propos de sa nature phys.]
a) [Le compl. désigne un trait phys., l'aspect extérieur d'une pers.] Qualité de finesse, de légèreté conférant à la physionomie, à l'allure générale grâce, charme et élégance. Délicatesse des traits. La délicatesse encore enfantine du menton et la pureté molle des tempes (ZOLA, Fortune Rougon, 1871, p. 16). Grelet (...) a parlé du corps des femmes japonaises, de l'exquise délicatesse de leur buste et de leur gorge (GONCOURT, Journal, 1887, p. 682) :
3. Un raffinement cérébral dans ses imaginations du plaisir s'amalgamait chez lui à un manque absolu de délicatesse physique, à son indifférence à la propreté, à la grossièreté relative de sa vie.
ROLLAND, Jean-Christophe, Le Buisson ardent, 1911, p. 1281.
b) [Le compl. désigne un sens ou une fonction sensitive] Qualité de raffinement, aptitude à saisir les nuances les plus ténues. Il exhalait une odeur de beurre rance qui répugnait à la précoce délicatesse de son odorat (SAND, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 166) :
4. Quand il lui arrive d'user de certaines duretés (notamment d'écrasements de secondes diatoniques), c'est qu'il a besoin de ces dissonances pour l'expression de sa pensée, et qu'il ne craint point de se servir de l'expression la plus rude, quand elle est ainsi la plus directe et la plus franche; peut-être trouve-t-il même une satisfaction courroucée à heurter les délicatesses de l'ouïe à la mode italianisée de son temps.
ROLLAND, Beethoven, t. 1, 1937, p. 292.
Au fig. Une excitation nerveuse devait troubler la délicatesse de son flair. D'habitude, au premier coup d'œil jeté sur une femme, il disait si elle achèterait (ZOLA, Bonheur dames, 1883, p. 490).
2. [À propos de ses qualités de goût ou d'intelligence; le compl. désigne une pers. ou son comportement intellectuel] Qualité d'une personne qui manifeste dans son activité intellectuelle une finesse de goût et de jugement très sûre; qualité d'un homme de lettres, d'un artiste qui s'exprime, de ce qui est exprimé avec un art délié, avec élégance. Délicatesse d'esprit. Je voyais dans le normalien un homme tout nourri des beautés et des délicatesses des littératures grecque et latine (GONCOURT, Journal, 1888, p. 886). Comme la délicatesse d'écriture convient exactement à la délicatesse de pensée (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 281). Les deux mains sont de nouveau sur le clavier et avec une délicatesse extraordinaire jouent une des sonates les moins connues de Mozart (GREEN, Journal, 1945, p. 224).
3. [À propos de ses relations soc., affectives ou mor.]
a) [Le compl. désigne une pers. ou son comportement soc.] Caractère d'une personne qui manifeste des qualités de réserve, de discrétion et de prévenance envers autrui. Délicatesse exquise. Quelle délicatesse de dévouement! quels soins attentifs (SUE, Atar Gull, 1831, p. 36). Il devait laisser au temps, à la délicatesse et à la loyauté de ses hôtes, le soin de terminer convenablement cette étrange histoire, sans secousses, sans luttes et sans déchirements (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 191). Les exquises délicatesses de son savoir-vivre (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 465) :
5. Mais cet esprit vigoureux, opiniâtre, sans discrétion ni délicatesse, ne marchandait en rien : il n'était pas, comme il le dit, pour adoucir les choses en y mettant un peu de sucre, avec un forte ou un fortassis.
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 1, 1840, p. 305.
b) [Le compl. désigne une pers. ou son comportement affectif] Qualité d'une personne qui manifeste une grande sensibilité et une rare élévation de sentiment. Délicatesse de cœur. Amères et profondes tirades sur les hommes, qui ne comprennent rien des délicatesses de l'amitié des femmes (GONCOURT, Journal, 1868, p. 447). D'une délicatesse exquise de sentiment et d'une violence d'âme terrible (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 86) :
6. ... plus de sensibilité dans la poésie anglaise et plus d'imagination dans la poésie allemande. Les affections domestiques exerçant un grand empire sur le cœur des anglais, leur poésie se sent de la délicatesse et de la fixité de ces affections : ...
STAËL, De l'Allemagne, t. 2, 1810, p. 29.
c) [Le compl. désigne une pers. ou son comportement mor.] Qualité d'une personne qui est attentive dans son comportement à discerner exactement les valeurs morales. Délicatesse d'âme; délicatesse morale; honneur et délicatesse; manque de délicatesse. Des questions qui ne blessaient en rien la chasteté, mais qui, selon moi, blessaient toute convenance et toute délicatesse (SAND, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 326). Les devoirs d'honnêteté et de délicatesse quant à l'acceptation (...) de certaines fonctions ou de certains avantages (Traité EURATOM, 1957, p. 356) :
7. Les vertus, la délicatesse des consciences chrétiennes, les miracles de l'amour mystique, la sainteté en un mot serait sans prestige à nos yeux si elle était née d'un mensonge, et reposait sur un mensonge.
MAURIAC, Journal 2, 1937 p. 188.
II.— [Le subst. exprime une qualité assortie de réserves]
A.— [La réserve porte sur la solidité; le compl. désigne le corps hum., tout ou partie] Caractère de ce qui est d'une grande fragilité et peut se détériorer facilement. Délicatesse des nerfs, des organes. Chez les enfants, la délicatesse de l'épiderme exige des soins minutieux, surtout en hiver (BALZAC, L. Lambert, 1832, p. 55). Anémique et bilieux, il avait une grande délicatesse d'estomac et des sens affaiblis (A. FRANCE, Orme, 1897, p. 157) :
8. Nature délicate et maladive, sorti d'une famille où s'étaient croisées les délicatesses maladives de deux races dont il était le dernier rejeton et la pleine expansion, Charles possédait à un degré suprême le tact sensitif de l'impressionnabilité.
GONCOURT, Charles Demailly, 1860, p. 72.
P. anal. Pour remédier à la délicatesse du cheval limousin, on le mêle, non avec le normand, mais avec l'anglais, avec le squelette (MICHELET, Journal, 1835, p. 204).
B.— [La réserve porte sur les limites estimées dépassées]
1. [Le compl. désigne le comportement extérieur d'une pers.] Qualité de légèreté à laquelle s'ajoute parfois un souci de précision ou de précaution. Pécuchet, tenant la bestiole avec délicatesse (FLAUB., Bouvard et Pécuchet, t. 2, 1880, p. 164). Il fit tourner son chapeau sur son index, à toute vitesse, le fit sauter, le rattrapa par les bords avec délicatesse (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 362) :
9. Halsted et les chirurgiens de son école ont montré combien il faut manier les plaies avec délicatesse si on désire laisser intact leur pouvoir de réparation.
CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 245.
2. [Le compl. désigne un inanimé abstr., d'une entité à concevoir ou d'une réalité à exécuter] Propriété de ce qui est difficile à comprendre ou à résoudre, en raison de la difficulté et de la variété des nuances. Des engins de destruction formidables, aménagés par des calculs d'une délicatesse infinie, et incapables d'être maniés sans une dose exceptionnelle de connaissances abstraites (BOURGET, Essais psychol., 1883, p. 69) :
10. Il y a des sciences expérimentales dans les sciences des corps vivants comme dans celles des corps bruts; la vie ne saurait apporter aucun obstacle à la puissance de l'expérimentation, si ce n'est ceux qui résultent de la délicatesse et de la complexité même des phénomènes.
BERNARD, Principes de méd. exp., 1878, p. 85.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1548 « qualité de ce qui est agréable aux sens, subtil » (N. DU FAIL, Propos rustiques, 26, Guichard d'apr. A. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 9, p. 480); 2. 1663 « scrupule » (MOLIÈRE, Critique de l'École des Femmes, sc. 3 ds LIVET). Dér. de délicat, suff. -esse, prob. sur le modèle de l'ital. delicatezza, attesté au sens 1 dep. 1re moitié XIVe s. (G. delle Colonne volgar. ds BATT.). Fréq. abs. littér. :1 923. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 468, b) 3 429; XXe s. : a) 2 615, b) 1 808. Bbg. DUCH. Beauté 1960, p. 160. — HOPE 1971, p. 185. — WIND 1928, p. 75, 189.

délicatesse [delikatɛs] n. f.
ÉTYM. 1539; de délicat, p.-ê. d'après l'ital. delicatezza, de delicato « délicat ».
———
I
1 Littér. Qualité de ce qui est agréable aux sens; finesse exquise. Délicat; agrément, douceur, finesse, recherche, suavité. || La délicatesse d'un parfum. || La délicatesse d'un mets. Succulence. || La délicatesse d'un repas (→ Coteau, cit. 2).(1668). Par ext. Au plur. Vx. || Les délicatesses : les mets délicats ( Friandise). Voir ci-dessous le sens III.
1 (…) ni table bien servie, ni consommés exquis, ni orges mondés perpétuels, ni les autres délicatesses qu'il faudrait pour une autre femme (…)
Molière, l'Avare, II, 5.
2 Son penchant pour les délicatesses de la table et du vêtement faisait la joie de M. Fellaire, qui était un connaisseur.
France, Jocaste, in Œ. compl., t. II, p. 23.
Beauté fine, élégance. || La délicatesse d'un coloris. || Délicatesse des traits d'un visage. Beauté, joliesse, mignardise.
3 Elle croit voir (…) dans la délicatesse de ces traits la délicatesse de l'esprit.
Bossuet, Sermon pour la profession de Mlle de la Vallière.
2 Caractère de ce qui est délicat (I., 2.), fin, ténu. Finesse, ténuité, transparence. || La délicatesse et la blancheur de sa peau. || Délicatesse d'un tissu, d'un voile, de la gaze. || Délicatesse d'une toile d'araignée.
4 Cette peau a toute la délicatesse qu'il faut pour être transparente.
Fénelon, Traité de l'existence de Dieu, I, 2, in Hatzfeld.
Par ext. Fragilité. || Les instruments de précision sont d'une grande délicatesse. || La délicatesse d'un organe. || La délicatesse d'une plante. || La délicatesse de sa santé requiert de constantes précautions. || La délicatesse d'un enfant. Débilité, faiblesse (vx).
5 (…) j'approuve fort vos soupers et vos fêtes; mais ce petit dérèglement s'accommode-t-il avec votre délicatesse ?
Mme de Sévigné, Lettres, 840, 10 août 1680.
Vx. Mollesse. || Élever un enfant avec trop de délicatesse (cf. Dans du coton; comme un coq en pâte).
6 (…) si chacun, idolâtre de sa santé, ne veut avoir égard qu'à sa délicatesse ou, pour mieux dire, qu'à sa mollesse.
Bourdaloue, 1er Sermon sur la purification de la Vierge.
3 Vieilli. (Correspond à délicat, I., 3.). Caractère de ce qui est difficile à apprécier, à comprendre, à exécuter. Complexité, difficulté, subtilité. || Cette affaire est d'une délicatesse qui commande la plus grande prudence, la plus grande circonspection.
7 (…) des personnes qui soient capables de sentir les délicatesses d'un art (…)
Molière, le Bourgeois gentilhomme, I, 1.
8 Ce texte a des délicatesses bien difficiles à rendre, et notre maudit patois me fait donner au diable.
P.-L. Courier, Lettre à M. de Sainte-Croix, 27 nov. 1807, in Œ. compl, Pl., p. 757.
4 Mod. (Correspond à délicat, I., 4.). Finesse et soin dans l'exécution. Adresse, dextérité, élégance, habileté, raffinement, soin. || Travail remarquable par la délicatesse de l'exécution, de la touche. || Manier le pinceau avec délicatesse. || Tableau peint avec délicatesse. Amour, attention, soin.
9 On comptait (…) plus de quatorze mille cuirasses travaillées avec tout l'art et toute la délicatesse possible.
Charles Rollin, Hist. ancienne, in Œ., t. V, p. 187 (in Littré).
Légèreté et précision dans la prise, le toucher. || Saisir un objet fragile avec délicatesse. Délicatement.
10 Philippe la prit dans ses bras avec cette délicatesse qui révèle la force, et elle en ressentit une douceur étrange.
France, Les dieux ont soif, p. 260.
———
II
1 Aptitude à sentir, à juger finement. Sensibilité. || Délicatesse de goût. || Grande délicatesse d'oreille. || Délicatesse d'esprit, de jugement.
11 L'un n'avait en l'esprit nulle délicatesse (…)
La Fontaine, Fables, VII, 5.
12 La délicatesse cache sous le voile des paroles ce qu'il y a dans les choses de rebutant (…)
Vauvenargues, in Lafaye.
13 (…) il reste vrai que le savant chez lui (Littré) ne tient pas toujours compte des délicatesses de l'homme de goût : il appuie trop (…)
Sainte-Beuve, Correspondance, II, p. 144.
Qualité de ce qui est senti, pensé, fait ou exprimé d'une manière délicate. Élégance, finesse. || Délicatesse d'une pensée (→ Contraster, cit. 1). || La délicatesse du goût attique. || Délicatesse du langage, du style.
14 (…) il est naturel aux hommes de ne point convenir de la beauté ou de la délicatesse d'un trait de morale qui les peint (…)
La Bruyère, Discours sur Théophraste.
15 Ce ne sont pas des saillies, et ce n'est pas même proprement de la finesse : mais c'est une délicatesse exquise, qui ne frappe jamais, et qui plaît toujours.
Rousseau, les Confessions, X.
2 (Correspond à délicat, II., 1., 3.). Sensibilité morale dans les relations avec autrui, juste appréciation de ce qui peut choquer, peiner. Discrétion, tact; scrupule. || La délicatesse de qqn, sa délicatesse. || Délicatesse dans les manières. || Délicatesse de cœur, de manières… || User de délicatesse et de ménagements. || Agir, se taire par délicatesse. Pudeur, tact. || Manque de délicatesse. || Fausse délicatesse. || Heurter, choquer (cit. 9) la délicatesse de quelqu'un.
16 — Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse (…)
La Fontaine, Fables, VII, 1.
17 Comme toutes les personnes généreuses, elle éprouvait de sublimes délicatesses de sentiment qu'elle prenait pour des remords.
Balzac, la Recherche de l'absolu, Pl., t. IX, p. 564.
18 (…) une espèce de délicatesse morale qui empêche d'exprimer les sentiments trop profonds et qu'on trouve tout naturels.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XIV, p. 63.
19 Tu ne cédais pas à un scrupule, tu n'obéissais pas à un sentiment de délicatesse envers moi (…)
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, I, p. 19.
20 Sa délicatesse de cœur, la justesse de son esprit et une gravité naturelle l'aidaient à ne pas baptiser trop longtemps amitiés les familiarités de hasard et à préserver son intimité des intrusions malapprises.
Henri Mondor, Pasteur, I, p. 21.
20.1 Je souffrirai donc avec l'autre, mais sans appuyer, sans me perdre. Cette conduite, à la fois très affective et très surveillée, très amoureuse et très policée, on peut lui donner un nom : c'est la délicatesse : elle est comme la forme « saine » (civilisée, artistique) de la compassion (Até est la déesse de l'égarement, mais Platon parle de la délicatesse d'Até : son pied est ailé, il touche légèrement).
R. Barthes, Fragments d'un discours amoureux, p. 70.
Par ext. (d'une action, d'une pensée qui témoigne de cette sensibilité morale). || La délicatesse de ses manières, de ses procédés.
21 (…) la délicatesse raffinée de ses propres manières (…) par sa réserve et son exquise discrétion.
Gide, Journal, Fès, oct. 1943.
Ironiquement :
22 Faisne, qui a des délicatesses de buffle, entra dans la turne en grognant, s'ébroua, secoua sa capote trempée, fit voler ses sabots contre la muraille et me dit sans détour (…)
G. Duhamel, Récits des temps de guerre, V, XLVI, p. 260.
(Une, des délicatesses). Attention délicate. Amabilité; gentillesse, prévenance.
23 Elle avait des attentions, des petits soins, des délicatesses pour moi, et même une certaine tendresse brusque qui ne me déplaisait point.
Maupassant, les Sœurs Rondoli, III, p. 74.
3 Rare. Caractère d'une personne difficile à contenter, à cause de son extrême sensibilité. Facilité à s'offenser, à prendre ombrage. Susceptibilité. || Délicatesse ridicule (→ Aveugle, cit. 19).
24 (…) je ne vois rien de si ridicule que cette délicatesse d'honneur qui prend tout en mauvaise part (…)
Molière, la Critique de l'École des femmes, 3.
25 Cette délicatesse qui vous rend si facile à être blessé est une véritable imperfection.
Fénelon, Dialogue des morts, 17.
Loc. (Vx ou iron.). Être en délicatesse avec quelqu'un, avoir à se plaindre de lui. Froid (être en froid).
———
III Délicatesses n. f. pl. (calque de l'all. Delikatessen). Rare. (Seulement dans un contexte germanique, américain, etc.). Produits alimentaires de luxe (notamment, charcuteries).
25.1 Et, éclatant d'un gros rire, il montra la table immense couverte déjà de « délicatesses » les plus appréciées des palais teutons, et des pyramides de fruits, de gâteaux et de sucreries !
G. Leroux, Rouletabille chez Krupp, p. 195.
REM. Dans ce sens, on emploie plutôt le germanisme (employé aussi en angl., notamment aux États-Unis) : (des) delikatessen.
26 Les termes délicatessen et délicatesse(s), utilisés dans les raisons sociales pour désigner des restaurants, des commerces, ainsi que l'ensemble des produits vendus dans ces commerces, sont remplacés par les termes génériques français appropriés.
Office de la Langue française, Avis de normalisation, 19 déc. 1980, in Gazette officielle du Québec, 24 janv. 1981, p. 593.
CONTR. Grossièreté. — Laideur. — Force, résistance, robustesse, vigueur. — Facilité, simplicité. — Lourdeur, maladresse. — Indélicatesse. — Balourdise, brutalité, grossièreté, vulgarité. — Bassesse, endurcissement, malhonnêteté, méchanceté.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • delicatesse — Delicatesse. s. f. Qualité d une chose ou d une personne delicate. Il s employe dans la pluspart des sens de delicat. La delicatesse du vin, des viandes. la delicatesse de la bonne chere, de la table consiste en ... Delicatesse de goust. grande… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • délicatesse — DÉLICATESSE. s. f. Qualité d une chose ou d une personne délicate. Il s emploie dans la plupart des sens de Délicat. La délicatesse du vin, des viandes, de la bonne chère, de la table, consiste en ... Délicatesse de goût. Grande délicatesse d… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • délicatesse — (dé li ka tè s ) s. f. 1°   Qualité de ce qui est délicat, faiblesse, débilité. La délicatesse de cet enfant. La délicatesse des plantes qui viennent d un climat plus chaud que le nôtre. •   Sa santé est d une délicatesse étrange, SÉV. 367.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉLICATESSE — s. f. Qualité de ce qui est délicat, fin, délié. La délicatesse de la peau. La délicatesse des traits, des contours. Des tissus d une extrême délicatesse. La délicatesse d un ouvrage de la main.   Il signifie, par extension, Adresse, légèreté,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉLICATESSE — n. f. Qualité de ce qui est délicat. La délicatesse de la peau. La délicatesse des traits, des contours. Des tissus d’une extrême délicatesse. Il signifie par extension Adresse, légèreté, soin. La délicatesse de l’exécution. Une grande… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • delicatesse — ˌ ̷ ̷ ̷ ̷kəˈtes noun ( s) Etymology: French délicatesse, from Middle French delicatesse, probably from Old Italian delicatezza, from delicato delicate, dainty, tasty (from Latin delicatus pleasing to the senses, voluptuous) + ezza ess more at… …   Useful english dictionary

  • delicatesse — del·i·ca·tesse …   English syllables

  • délicatesse — nf. DÉLIKATÈSSA (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Délicatesse —    см. Деликатность …   Философский словарь Спонвиля

  • Délicatesse des arômes —    La délicatesse des arômes se dit lorsque les arômes d un vin sont doux, pas agressifs ou bourrus …   L'Abécédaire du Vin

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.